Entraide et de relation conviviale

Entraide et de relation conviviale
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 ça s' est passé un 17 mars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ginette
Les copains d'abord
Les copains d'abord
avatar

Nombre de messages : 61199
Humeur : une autre rouspéteuse-taquineuse
Date d'inscription : 11/07/2008

MessageSujet: ça s' est passé un 17 mars    Jeu 17 Mar - 6:28

Citation :
1808 - le 17 mars
A vos stylos, partez !

Napoléon Ier crée le baccalauréat. Le nom vient probablement de la branche de laurier couverte de ses baies que l'on remettait alors aux diplômés. Objectif d’une élite, la massification de l’enseignement effectuée par les différentes républiques étend à la majorité d’une classe d’âge les affres de cet examen de fin de second cycle.

_________________

« La tolérance est une vertu qui rend la paix possible. »
Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Lysiane
Les copains d'abord
Les copains d'abord
avatar

Nombre de messages : 5210
Humeur : J'essai d'être toujours a même !!
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: Re: ça s' est passé un 17 mars    Jeu 17 Mar - 8:37

17 mars 1560
La conjuration d'Amboise

Le 17 mars 1560, à Amboise, quelques centaines de gentilshommes tentent d'enlever le roi François II (16 ans) afin de le soustraire à l'influence des Guise.

C'est le début d'une rivalité meurtrière entre nobles protestants et catholiques, qui va déboucher sur trois décennies de guerres religieuses entrecoupées de trêves.

Marie DesclauxGuise contre CondéLe roi François II est monté sur le trône le 10 janvier 1559 à seulement 15 ans, suite à la mort tragique de son père, Henri II. C'est un garçon chétif qui a été marié quelques mois plus tôt à la reine d'Écosse Marie Stuart, du même âge que lui. La mère de la reine, Marie de Guise, n'est autre que la sœur de François II de Guise, le héros qui a rendu Calais à la France.

Les Guise, farouchement catholiques, profitent de leur alliance avec la dynastie pour asseoir leur influence à la cour et diriger le gouvernement. Cela n'a pas l'heur de plaire à Antoine de Bourbon, roi de Navarre (et père du futur Henri IV), et à son frère Louis 1er de Condé, des princes du sang très proches du trône mais tenus à l'écart du fait qu'ils sont réformés et disciples de Jean Calvin, comme d'ailleurs un tiers de la noblesse française !

Condé, qui aspire à s'emparer du pouvoir, organise la conjuration. Ses complices, sous le commandement de Georges Barré de La Renaudie, se concentrent dans les bois de Château-Renault, prêts à marcher sur la ville d'Amboise où réside la cour, de l'autre côté de la Loire. Mais un ami de La Renaudie, Pierre des Avenelles, avocat à Paris, vend la mèche.

Les conjurés sont surpris par les hommes du roi et beaucoup son massacrés. La Renaudie lui-même est tué pendant les combats et son cadavre est pendu sous le pont d'Amboise avant d'être décapité.

Une centaine de conjurés se réfugient dans un château et se rendent contre la promesse de la vie sauve. Ils sont à leur tour décapités le lendemain. Dans les semaines qui suivent, la répression fait environ 1200 victimes. Condé est quant à lui simplement gardé à vue, eu égard à son rang. Il est contraint de désavouer ses comparses et même de tremper son épée dans leur sang.

Tentative de conciliationDésireuse d'apaiser les tensions, la reine mère Catherine de Médicis confie le 20 mai 1560 la charge de chancelier de France (à la fois garde des sceaux et Premier ministre) au sage Michel de l'Hospital.

Ce magistrat auvergnat de 55 ans, cultivé, proche des humanistes et des poètes de la Pléiade (Ronsard...), se présente comme le chef des Politiques.

Ce «parti» regroupe des catholiques et protestants modérés qui plaident pour la conciliation au nom de l'intérêt supérieur de l'État.

Michel de l'Hospital s'oppose par l'édit de Romorantin à l'introduction de l'Inquisition en France. Il tente aux états généraux d'Orléans d'apaiser les querelles. «Ôtons ces mots diaboliques, noms de partis, factions et séditions, luthériens, huguenots, papistes, ne changeons le nom de chrétiens !» lance-t-il aux députés le 13 décembre 1560, dans un célèbre Discours de tolérance.

Le même mois, précisément le 5 décembre 1560, le chétif roi François II meurt sans postérité. Il a tout juste 17 ans. Son frère lui succède sous le nom de Charles IX. Lui-même n'a que 10 ans. La reine mère Catherine de Médicis, veuve du roi Henri II, devient officiellement «gouvernante» du royaume, autrement dit régente. Soucieuse avant tout de préserver les droits de sa famille et de la dynastie, elle se rapproche des catholiques et écarte Michel de l'Hospital du Conseil privé du roi tout en le maintenant dans ses fonctions de chancelier.

Toujours désireux de rapprocher les points de vue, le chancelier convoque des théologiens des deux camps à Poissy pour un colloque sur l'Eucharistie. C'est ainsi que du 9 septembre au 9 octobre 1561, des théologiens prestigieux débattent sur la présence de Dieu dans l'hostie consacrée pendant l'office religieux. Parmi eux le général des jésuites Lainez et le cardinal de Lorraine du côté catholique, Théodore de Bèze, Pierre Martyr et Gaspard de Coligny du côté protestant.

Le colloque de Poissy s'achève sur un échec mais ouvre la voie à un édit de tolérance. Le premier d'une longue liste. Il aura pour effet paradoxal d'attiser les haines et d'engager la France dans plusieurs guerres de religion successives.

Revenir en haut Aller en bas
http://r.lila@free.fr
 
ça s' est passé un 17 mars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ça s' est passé un 27 mars
» ça s' est passé un 9 mars
» ça s' est passé un 1er mars
» ça s' est passé un 7 mars
» ça s' est passé un 4 mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entraide et de relation conviviale :: Et si on passait à la Culture :: Rappels historiques-
Sauter vers: