Entraide et de relation conviviale

Entraide et de relation conviviale
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Être aimé suffit à être heureux
mais le bonheur, c'est d'aimer

Partagez | 
 

 ça s'est passé un 9 février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lysiane
Les copains d'abord
Les copains d'abord


Nombre de messages : 5210
Humeur : J'essai d'être toujours a même !!
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: ça s'est passé un 9 février   Sam 9 Fév - 10:17

9 février 1950 Le maccarthysme à l'oeuvre

Le 9 février 1950, dans une petite ville de Virginie-Occidentale, le sénateur Joseph McCarthy brandit une liste de fonctionnaires du département d'État (le ministère des Affaires étrangères) qu'il accuse d'être des «communistes notoires» coupables de collusion avec l'Union soviétique et les agents de Staline.

Ce sénateur républicain du Wisconsin, un alcoolique de 42 ans inconnu du grand public, a la surprise de voir son propos repris par la presse nationale.

Il est dès lors entraîné dans une campagne hystérique qui va bouleverser l'Amérique triomphante de l'après-guerre.

Le président démocrate Harry Truman lui répond rapidement. Il assure qu'il a lui-même déjà écarté de la haute administration toutes les personnes suspectes de collusion avec l'URSS. Il met en garde aussi les Américains contre le risque d'une atteinte à la démocratie : «N'instaurons pas un totalitarisme de droite sous prétexte de lutter contre un totalitarisme de gauche», dit-il en substance.

Infiltrations communistes Il est vrai que, dès avant la Seconde Guerre mondiale, le service d'espionnage soviétique a infiltré les milieux scientifiques américains et recruté des savants comme Julius Rosenberg. En 1938, la menace est jugée assez sérieuse pour que la Chambre des représentants institue une commission des activités anti-américaines (House Un-American Activities Committee, HUAC). Elle s'en prend aux menées nazies et communistes.

En plein conflit mondial, pendant la conférence de Yalta, il apparaît que des conseillers du président Roosevelt ont transmis des secrets à Staline afin de favoriser ses desseins.

Après la victoire sur le nazisme, le parti communiste américain et ses syndicats, bien que forts d'un maximum de 70.000 membres, ont préparé la guerre qu'ils jugeaient inévitable entre le camp capitaliste et le camp socialiste. Dans un but de propagande, ils ont tenté de s'imposer dans la cité du cinéma en déclenchant de grandes grèves.

En 1947, dans le contexte de la guerre froide et de la course à l'arme thermonucléaire, tandis que les communistes étendent leur emprise à la Chine communiste, le président Truman institue des commissions, les «loyalty boards», pour repérer et écarter les fonctionnaires fédéraux coupables de collusion avec l'Union soviétique. Ces commissions envoient quelques fonctionnaires devant un tribunal mais sans résultat spectaculaire.

«Chasse aux sorcières» La campagne du sénateur McCarthy relance les soupçons, d'autant qu'elle survient au moment de l'arrestation par la police fédérale, le FBI, des époux Rosenberg, accusés d'avoir livré à l'URSS des secrets atomiques.

Après l'élection du général Dwight Eisenhower à la présidence et surtout le triomphe du parti républicain au Sénat, en 1952, McCarthy accède à la présidence d'un sous-comité sénatorial d'enquête permanent. Désormais, un fonctionnaire peut être soumis à une enquête policière et révoqué sur un simple soupçon de sympathie avec l'Union soviétique de Staline.

Voyant un espion communiste derrière chaque personnalité du pays, hauts fonctionnaires, journalistes, cinéastes d'Hollywood et intellectuels de la côte Est, le sénateur se lance dans une délirante «chasse aux sorcières».

D'éminentes personnalités en sont victimes, comme le général George Marshall, auteur du plan éponyme et ancien secrétaire d'État à la Défense, le savant atomiste Robert Oppenheimer ou encore Charlie Chaplin. Déjà épinglé en 1947 par la commission des activités anti-américaines en raison de ses options de gauche, «Charlot» est privé d'un visa de retour lors d'un voyage en Europe en 1952 !

Mais d'autres cinéastes comme Walt Disney et Elia Kazan s'associent à la campagne anticommuniste en désignant des confrères suspects de sympathies pro-soviétiques.

Les nababs d'Hollywood, dans la crainte que le public ne boude un acteur mal-pensant, prennent les devants en publiant une «liste noire» de tous ceux qu'il serait risqué d'engager. Au demeurant, la campagne n'empêche pas le réalisateur Donald Trumbo, ouvertement à gauche, de remporter plusieurs Oscars...

La chuteDans son délire, le sénateur McCarthy en vient à attaquer l'armée elle-même. C'en est trop. Le président Eisenhower, qui le déteste, joint ses efforts à ceux des militaires pour le faire tomber. Le 2 décembre 1954, par un blâme officiel, le Sénat américain met enfin un terme aux entreprises calomniatrices du sénateur. Celui-ci, alcoolique, va mourir dans l'indifférence trois ans plus tard.

La «chasse aux sorcières» se solde par plusieurs milliers d'enquêtes sur des citoyens et fonctionnaires, environ 7.000 démissions d'agents fédéraux, 700 révocations et un grand nombre de drames individuels.

Cet épisode peu reluisant de la guerre froide entre les États-Unis et l'URSS ne s'achève pas immédiatement après la révocation de McCarthy. Jusqu'en 1957, des citoyens américains continuent d'être l'objet de poursuites pour raisons politiques.

Joseph Savès.High noon, un film contre la lâcheté En 1952, le film High noon (Le train sifflera trois fois) dénonce sous une forme allégorique la «chasse aux sorcières» du sénateur McCarthy. Le réalisateur en est Fred Zinnemann, un cinéaste d'origine autrichienne qui a fui le nazisme.

Sous la forme d'un western (avec Gary Cooper et Grace Kelly, dont c'est le premier grand rôle), ce chef d'oeuvre du cinéma est une tragédie classique et de portée universelle.

Il montre une communauté qui se dérobe à l'arrivée d'une bande de gangsters et laisse le shériff leur faire face tout seul (notons que l'action se déroule en à peine plus d'une heure et demie, soit la durée du film !).

On dit que le président Bill Clinton a vu ce film-culte une vingtaine de fois. Quant à George W. Bush, il n'a pas craint de s'y référer lorsque les Européens lui ont tourné le dos dans sa guerre contre Saddam Hussein ! «To be high noon» est devenu en Amérique une expression signifiant que l'on doit affronter seul une situation périlleuse.

En 1953, le dramaturge Arthur Miller fait jouer de son côté la pièce The Crucible (Les sorcières de Salem). Cette référence à une vague d'intolérance dans le Massachusetts du XVIIe siècle est aussi une allusion transparente aux délires du maccarthysme.
Revenir en haut Aller en bas
http://r.lila@free.fr
ginette
Les copains d'abord
Les copains d'abord


Nombre de messages : 58215
Humeur : une autre rouspéteuse-taquineuse
Date d'inscription : 11/07/2008

MessageSujet: Re: ça s'est passé un 9 février   Sam 9 Fév - 16:08

1995 - 9 février

Traversée de l'Atlantique à la nage

Guy Delage atteint les côtes américaines de l'île de la Barbade après avoir parcouru 3 735 kilomètres à la nage. Parti le 16 décembre du Cap-Vert, il lui a fallu 55 jours et 6 à 8 heures de nage quotidienne pour atteindre son but. Le canot auquel il était rattaché lui a permis de se laisser dériver durant les deux tiers de sa traversée. En 1991, Guy Delage avait effectué la première traversée de l'Atlantique en ULM.

_________________

« La tolérance est une vertu qui rend la paix possible. »
Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
 
ça s'est passé un 9 février
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ca s'est passé le 6 février
» ça s' est passé un 6 février
» ça s' est passé un 15 février
» ça s'est passé un 23 février
» ça s'est passé un 7 février

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entraide et de relation conviviale :: Et si on passait à la Culture :: Rappels historiques-
Sauter vers: